Les associations industrielles et le Centre allemand de recherche sur la biomasse (DBFZ) invités au 2e atelier sur l’avenir à Leipzig – l’accent a été mis sur les innovations visant à réduire les émissions

La diminution de la pollution par les particules, la remise en cause des normes et la sensibilisation croissante de l’industrie des poêles contrastent avec une image négative massive de la chaleur du bois. Cette situation n’est pas seulement insatisfaisante pour l’industrie et la politique, ceux qui devraient en bénéficier en fin de compte en souffrent le plus : les citoyens en Allemagne.

La chaleur du bois, matière première renouvelable et neutre en CO2, est un élément important d’une décarbonisation réalisable. C’est pourquoi l’industrie s’est réunie pour un échange à Leipzig les 15 et 16 janvier 2020. L’hôte, le Dr. Ingo Hartmann du Centre allemand de recherche sur la biomasse (DBFZ), a déclaré que ce futur atelier n’était pas une coïncidence si ce premier événement officiel avait lieu dans les nouveaux locaux du Centre de recherche sur la biomasse. Il y voit également un symbole de l’engagement clair de l’institut de recherche, qui est soutenu par le ministère fédéral de l’alimentation et de l’agriculture, entre autres, en faveur de la chaleur écologique du bois.

L’objectif de l’atelier était d’élaborer une proposition de recherche intersectorielle commune pour une réduction des émissions efficace et axée sur le marché. « Les évaluations, rapports et expertises précédents ont toujours souffert du fait que seule une petite partie de la capacité de performance de notre industrie était démontrée », a déclaré le Dr Johannes R. Gerstner, directeur général de l’Association européenne des foyers. Par exemple, les foyers de stockage n’ont pas été suffisamment pris en compte dans la recherche.

L’atelier était basé sur une feuille de route pour les objectifs climatiques de notre société. Sur la base d’un bilan de notre situation actuelle, les innovations techniques devraient être esquissées jusqu’en 2030, puis enfin se tourner vers un avenir plus lointain avec 2050. Un résultat central de l’atelier a été rapidement établi : l’objectif doit être de présenter la technologie dans toute son étendue et ses performances et de montrer la contribution à la réalisation à long terme des objectifs climatiques. Ce n’est que grâce à l’unité jusqu’ici unique des associations industrielles, du commerce et de la recherche que des objectifs réalistes et donc des offres à la société peuvent être créés.

Quelle est la prochaine étape ? Dès mars 2020, une proposition de recherche sera soumise à l’Agence pour les ressources renouvelables (FNR), qui poursuit une approche holistique longtemps attendue de l’industrie, des métiers spécialisés, de la cheminée et du foyer. L’objectif ambitieux est non seulement la recherche et l’essai de foyers à faibles émissions, l’évaluation de mesures efficaces et judicieuses de réduction des émissions, mais aussi la mise en réseau croissante et la communication positive sur la technologie future dans l’industrie.

Categories: Allgemein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *